*
*
*
*
*Champs obligatoires

 Ajouté à vos favoris

 Thank you for your feedback!

Des millions d’Allemands vivent avec une installation électrique hors d’âge

  1. 1
  2. 2
  3. 3

Blieskastel, le 28 octobre 2015

Dépassée, obsolète, dangereuse :
des millions d’Allemands vivent avec une installation électrique hors d’âge

Tandis que les foyers allemands s’équipent d’appareils électroménagers toujours plus modernes, leurs installations électriques datent toujours de l’époque d’après-guerre pour des millions d’entre eux. « Pour prévenir tout risque d’incendie et afin de se préparer à la transition énergétique, des millions de bâtiments en Allemagne doivent être rénovés sur le plan électrique », déclare Johannes Hauck de Hager Group et directeur du comité « modernisation électrique » au sein de la Fédération de l’industrie électrique et électronique (Zentralverband Elektrotechnik und Elektronikindustrie e.V. – ZVEI). « Malheureusement, rares sont ceux qui ont conscience de l’ampleur de la désuétude des installations électriques de nombreux bâtiments en Allemagne. »

Une étude communautaire récente, dévoilée le 28 octobre lors d’une conférence du ZVEI, menée par l’Institut supérieur de Westphalie-sud (Fachhochschule Südwestfalen) et de l’Université Leuphana de Lüneburg, permet de prendre la mesure de l’obsolescence des installations électriques de millions de constructions. À la demande du ZVEI, les chercheurs ont mené l’enquête sur l’état des installations électriques dans le parc immobilier en locatif et en occupation propre. Leurs résultats sont accablants. Selon eux, une grande partie des bâtiments étudiés aussi bien dans l’ancien que dans le moderne ne répondraient pas aux normes actuellement en vigueur. Près de la moitié des constructions des années soixante n’ont jamais été remises en état sur le plan électrique. En d’autres mots, leurs occupants et leurs utilisateurs vivent encore avec des installations électriques mises en service du temps où Charles de Gaulle et Ludwig Erhard étaient en fonction. « [L’évaluation de la ZVEI] a dépassé nos pires craintes », observe M. Hauck, expert chez Hager.

Le besoin de rénovation le plus criant se retrouve dans les bâtiments des années du « miracle économique »
Principaux résultats de l’étude :

  • 29 millions de biens immobiliers en Allemagne ont plus de 35 ans, 11 millions ont même plus de six décennies au compteur.
  • Dans plus de 70 % des bâtiments, les installations électriques ont plus de 35 ans.
  • L’âge des constructions ne permet pas de déduire l’état des installations électriques. Les bâtiments relativement anciens (construits jusque dans les années 1950) ont été rénovés en grande partie, selon les normes en vigueur au moment du miracle économique.
  • Les bâtiments les plus mal lotis sont généralement ceux construits durant la période entre 1950 et 1979. En effet, c’est là que l’on trouve généralement les prises, les interrupteurs, les compteurs et les systèmes de sécurité qui ont le plus besoin d’une remise à niveau.
  • Les logements en occupation propre ont tendance à être mieux pourvus que les biens immobiliers en location.
  • Même lorsqu’il faut rénover, il ne s’agit souvent que d’un simple rafraîchissement purement esthétique. Dans la plupart des cas, seuls les interrupteurs et les prises sont changés, alors que les disjoncteurs, les distributeurs, les câbles électriques et les bornes restent en l’état. Ce faisant, les connexions électriques en particulier deviennent au fil du temps des sources potentielles de danger.
  • Les installations électriques ont toujours été prévues pour les utilisateurs et les charges électriques de leur époque – et non pour la multitude d’appareils électriques plus puissants dont nous disposons aujourd’hui.
  • Dans plus de la moitié des foyers sondés, les câbles électriques n’ont encore jamais été changés.

De véritables bombes à retardement dans les murs et les caves
« Une personne non experte n’a presque pas conscience de la charge pouvant être supportée par son système électrique interne lorsqu’il utilise les nouveaux appareils électriques ultramodernes », constatent les auteurs de l’étude. « Formulé de façon quelque peu provocante, on pourrait qualifier l’installation électrique dans les bâtiments de “système oublié” dans la chaîne de l’approvisionnement en électricité. »

L’analyse des causes d’incendie montre la vitesse à laquelle une charge électrique peut se transformer en une dangereuse surcharge. D’après les chiffres fournis par le secteur des assurances, un tiers des incendies sont imputables actuellement à un défaut électrique. Parmi les causes d’incendie pouvant être évitées, l’électricité occupe indiscutablement le premier rang avec 52 %. Lors d’une rénovation de l’installation électrique, le risque d’incendie est ainsi considérablement réduit.

Une vérification régulière est indispensable
Cela vaut d’autant plus que l’installation électrique doit être en mesure d’être plus performante à l’avenir. Alors que ceux qui étaient autrefois de simples clients deviennent des « prosommateurs », à la fois consommateurs efficients d’électricité et producteurs à l’aide d’installations photovoltaïques, qui rechargent même parfois leur véhicule chez eux, l’installation électrique doit disposer de capacités bien supérieures à celle d’aujourd’hui. Pourtant les câblages et les installations de millions de bâtiments  ne sont pas conçus pour cela.

« Le système énergétique du futur ne fonctionnera pas avec les installations électriques du passé », souligne Johannes Hauck, qui, compte tenu de ses responsabilités auprès du ZVEI, suit le sujet depuis des années. Les installations traditionnelles ne seraient capables ni d’enregistrer les valeurs mesurées, ni de réguler ou de commander la consommation.  « Ce qui se passe actuellement est un peu comparable à un train à grande vitesse que l’on voudrait faire rouler sur de vieilles lignes régionales : sur une telle base, tout développement se retrouverait freiné. »

Toujours d’après lui, il faudrait renforcer les mesures incitatives de modernisation pour que la transition énergétique arrive jusque dans les foyers. En outre, l’état des installations électriques devrait être régulièrement vérifié et amélioré si besoin. En France par exemple, une telle opération est obligatoire dès lors qu’il y a un changement de locataire ou de propriétaire. Alors que les Français habitent et travaillent dans des bâtiments sûrs (et prêts pour l’avenir), de nombreux Allemands vivent dans le pire des cas avec des bombes à retardement dans leurs murs et leurs caves. Quoi qu’il en soit, grâce au travail des chercheurs, ils peuvent dès maintenant les désamorcer.


À propos de Hager Group
Hager a été créé en1955 à Ensheim, en Sarre. Le groupe compte aujourd’hui parmi les fournisseurs leaders de solutions et de services pour les installations électriques dans les bâtiments résidentiels, tertiaires et industriels. L’entreprise propose une offre complète de la distribution d'énergie électrique à la gestion intelligente des bâtiments en passant par le cheminement de câbles et les dispositifs de sécurité.

Entreprise indépendante gérée par les membres de la famille Hager, Hager Group représente l’un des groupes majeurs en matière d’innovations du secteur électrique. Son siège se situe à Blieskastel en Allemagne. 11 400 collaborateurs réalisent un chiffre d’affaires de 1,7 milliards d’euros. Les composants et solutions du groupe sont produits sur 23 sites répartis dans le monde entier, et ses clients leur font confiance dans plus de 95 pays. C’est grâce à cette confiance que l’entreprise a bâti son succès.
www.hagergroup.com

Téléchargement

Téléchargement communiqué de presse (DOC, 1,2 MB)
Téléchargement de photos (ZIP, 6 MB)

Liens

Hager Group sur Facebook
Hager Group sur Twitter
Hager Group sur LinkedIn
Hager Group sur Google+
Hager Group sur YouTube
Hager Group sur Pinterest
Hager Group sur Instagram

Contact



Harald Börsch
Director Corporate Communications
Hager Group

+49 6842 945 2422
harald.boersch@hagergroup.com

Photos

- Graphique du ZVEI (source: FH-Südwestfalen – FG Energieversorgung – ZVEI)
- Photo de Johannes Hauck (Hager Group)
- Conférence de presse ZVEI ("Leipziger Messe / Martin Klindtworth")