*
*
*
*
*Champs obligatoires

 Ajouté à vos favoris

 Thank you for your feedback!

Le Prix Peter und Luise Hager 2017 remis au « cercle » le plus innovant

  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4

Blieskastel, le 9 mars 2017

Le Prix Peter und Luise Hager 2017 remis au « cercle » le plus innovant

Le 10 février 2017 a eu lieu à Sarrebruck la cérémonie de remise du Prix Peter und Luise Hager 2017 à l’École Supérieure des Beaux-Arts de la Sarre. La Fondation Peter und Luise Hager et l’École Supérieure des Beaux-Arts de la Sarre récompensent des travaux et prises de position d’étudiants qui explorent la perception et la transmission sensorielle de processus techniques, sociaux et culturels par le biais de moyens artistiques et conceptuels remarquables. Cette année, le thème du concours était « Kreis » (« cercle » en allemand).

Les étudiants de l’école d’art étaient invités à transposer ce « cercle » dans un projet artistique ou conceptuel et pouvaient pour cela utiliser le support et la forme de leur choix.

Constitué de membres du Directoire, du Conseil de la Fondation Peter und Luise Hager, de l’École Supérieure des Beaux-Arts de la Sarre et de Roland Mönig (Musée de la Sarre), le jury a sélectionné parmi les 34 travaux soumis dix candidats qui verront leurs créations exposées du 19 mars au 15 avril à la Saarländische Galerie de Berlin.

Arrivée en tête du concours, Ida Kammerloch s’est promenée dans les rues avec une question : « À quoi ressemble votre cercle ? » et demandé aux passants de dessiner leur cercle personnel. Elle a ensuite pris chaque personne en photo avec son dessin. Sur les photos, le dessin est en contraste avec son auteur. Le projet a donné un petit reportage social intitulé « I was a circle », auquel le jury a attribué la première place qui était assortie d’une récompense de 5 000 euros.

La deuxième place a été remportée par Michael Voigt, avec « COLIGHD » (circles of light in gravity hey du). Une goutte d’eau tombe dans un récipient rempli d’eau. Lorsqu’elle entre en contact avec la surface, elle déclenche un éclair lumineux. Des anneaux concentriques se forment et se reflètent au plafond. Pendant une fraction de seconde, l’éclair court et intense fait apparaître une sculpture à la surface de l’eau.

La troisième place a été accordée à Valerian Polienko. Pour son œuvre, il a plongé des feuilles imbibées de liant dans de l’eau additionnée de pigments et d’encres de couleur. Des motifs de formes et de teintes divers se sont alors formés sur les feuilles. Le résultat : des tableaux aléatoires et lumineux. 

D’autres travaux ont également séduit les jurés. Miriam Dockendorf a exposé un tableau sur lequel chaque lettre du mot « Kreis » donne naissance à de nouveaux mots. Anna Makarova a présenté un travail vidéo presque contemplatif. Les créations d’Esther Momper, de Richard Engel, d’Eva Fischer, de Marion Kentischer et de Christine Reisen ont également été exposées à Berlin.

La marraine de l’exposition est Prof. Dr. Christina Weiss. Originaire de la Sarre, ancienne ministre d’État auprès de la chancellerie et déléguée à la culture et aux médias par le gouvernement allemand, elle s’est montrée extrêmement heureuse de voir ces œuvres exposées dans la capitale. Selon elle, les finalistes ne se voient pas seulement offrir l’opportunité de présenter leurs travaux au public. Le Prix Peter und Luise Hager favorise également le développement de leurs compétences artistiques : « Au milieu de leurs études, on incite les jeunes artistes de l’École Supérieure des Beaux-Arts de la Sarre à explorer un thème et sa mise en œuvre artistique. »

Le Prix Peter und Luise Hager a été décerné pour la première fois en 2012. La fondation à but non lucratif, créée en 2010, soutient des projets dédiés à la science, à la recherche, à l’éducation, à la formation, à la protection de l’environnement et à la culture.

Fondée en 1989, l’École Supérieure des Beaux-Arts de la Sarre est une institution étatique qui accueille actuellement environ 400 étudiants. Les enseignants sont des artistes et designers de renommée internationale.

La Saarländische Galerie est une association gérée par des bénévoles originaires de la Sarre ou amoureux de la région. Elle vise à présenter et à promouvoir à Berlin l’art et la culture, principalement issus de la Sarre, pour les rendre accessibles au grand public. Cette association à but non lucratif est indépendante de tout parti politique et ses objectifs sont désintéressés.