*
*
*
*
*Champs obligatoires

 Ajouté à vos favoris

 Thank you for your feedback!

Hager Group coopère avec les offices de brevets allemands et français

Blieskastel, le 20 février 2018

Hager Group coopère avec les offices de brevets allemands et français

Au début de l’année, Hager Group a invité des représentants des offices des brevets français et allemand à partager leurs expériences. La rencontre a eu lieu à Blieskastel (Sarre) et a réuni des membres de la branche strasbourgeoise de l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) et du Patent- und Markenzentrum Saar (PMZ), intégré à saaris, ainsi que des spécialistes du département des brevets des sites d’Obernai et de Blieskastel de Hager Group.

Le but était d’identifier des possibilités de coopération afin de soutenir les entreprises lors des demandes de brevets et de leur surveillance, et ce des deux côtés de la frontière. Actuellement, Hager Group dispose de 3 000 brevets en vigueur ; rien qu’en 2017, 90 brevets ont été publiés. L’intérêt éveillé par ce sujet est aussi vif que l’enthousiasme suscité par les idées concrètes émises en vue de coopérations futures. Ainsi, à l’issue du partage d’expériences, les deux organismes de brevet ont prévu d’organiser dès 2018 une présentation commune à Sarrebruck.

Les entreprises d’innovation qui collaborent étroitement avec leurs voisins français pourront y trouver des informations précieuses sur les demandes de droits de propriété industrielle et leur surveillance dans les deux pays ainsi qu’obtenir des réponses aux questions spécifiques à leurs activités. Un événement similaire avait déjà eu lieu en 2016. 

saaris s’est entretenu avec Pierre Albe, responsable du département des brevets de Hager Group, sur l’importance des coopérations et des brevets :

Monsieur Albe, quel rôle jouent les brevets au sein de Hager Group ?

Les brevets sont des droits de propriété industrielle qui nous permettent de protéger les inventions techniques intervenant dans nos produits dans chaque pays de distribution et ainsi de nous prémunir des contrefaçons et de les contester. Les brevets et demandes de brevets sont étroitement liés à nos activités d’innovation et nous permettent de conserver nos parts de marché dans les pays concernés. De plus, ils nous aident à conclure des partenariats avec les acteurs économiques de notre secteur d’activités.

Pouvez-vous nous parler plus en détail de l’un des nombreux brevets se trouvant actuellement sur le marché ?

Lors du Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas, nous avons présenté une nouvelle solution baptisée ‘hello’. Monté dans une armoire de distribution, ce dispositif plug-in est couplé à une application qui informe le client final des défauts électriques éventuels dans la maison, par exemple quand le fusible du réfrigérateur saute. Ce produit sera introduit sur le marché français au printemps 2018. La collaboration des départements chargés de l’innovation, du développement et des brevets a permis d’initier deux brevets différents pour protéger les innovations intégrées à ce produit. Il s’agit de la technologie qui détecte le défaut et de la manière dont l’information est communiquée au client via l’application.

Que vous ont apporté les échanges avec saaris et l’INPI ?

Notre rencontre avec saaris et l’INPI nous a permis de mieux comprendre les domaines de responsabilité et le réseau de ces deux organismes. Cela nous permettra de mieux gérer notre portefeuille de brevets à l’avenir et d’accéder à davantage d’informations sur les nouveaux acteurs et technologies qui feront leur entrée sur le marché.