*
*
*
*
*Champs obligatoires

 Ajouté à vos favoris

 Thank you for your feedback!

13.06.19

[Article] L'avenir de l’énergie, par Leo Johnson

Leo Johnson, expert en économie et développement durable est intervenu en septembre 2018 lors d’une conférence au Hager Forum sur le thème de l’économie circulaire. Il a poussé la réflexion plus loin dans un premier article sur le futur de l’économie circulaire publié en avril 2019. Leo Johnson nous propose, dans ce nouvel article, une réflexion et des éléments de réponse sur l’avenir de l’énergie. A travers exemples concrets, approche économique, état des lieux et projection dans un futur plus ou moins proche. Apprenez-en plus sur le futur de l’énergie.

Les mouvements citoyens sont-ils au cœur de l’avenir de l’énergie ?

« Sous les pavés, la plage », scandaient les adeptes de l'Internationale situationniste pendant les manifestations de 1968 à Paris. Certes, le célèbre Waterloo Bridge de Londres n'est pas exactement une plage. Et pourtant cette artère principale d'accès au cœur de la capitale, malmenée par un défilé incessant de poids lourds qui empestent l'air de leurs épais gaz d'échappement, fut fermée à la circulation automobile et s'est transformée sous mes yeux, en s'inspirant du projet du Garden Bridge piéton, en un joyeux pont-jardin rendu aux citoyens. Un paradis venu de nulle part comme l'auraient adoré les situationnistes : son boulodrome, ses bacs à fleurs, ses jongleurs et ses yourtes qui servent du chili végétalien. Bienvenu à l'Extinction Rebellion, un mouvement populaire en boule de neige qui dénonce le changement climatique et qui s'est fait connaître quand ses militants ont collé leurs fesses nues contre les murs du très vénérable parlement britannique. Est-ce déjà un avant-goût de l'avenir de l'énergie ? Les citoyens prendront-ils le pouvoir là où la politique a échoué, afin d'accélérer l'émergence d'un avenir fondé sur les énergies renouvelables ?

Y-a-t-il encore une issue possible contre le réchauffement climatique ?

J’en conviens : au vu des chiffres purs et durs, on a du mal à percevoir une issue crédible. Selon les estimations, 91% de l'énergie totale consommée dans le monde est toujours issue de sources fossiles, et ce chiffre n'a pas changé au cours des trente dernières années. Si nous voulons parvenir à limiter l’augmentation de la température à 1,5°C au plus, nous devons décarboniser nos sociétés deux fois plus vite que nous le faisons actuellement. Mais en dépit de l'importante étape qui a été franchie avec l'accord de Paris de 2016, les banques ont préféré investir 1 900 milliards de dollars dans les énergies fossiles. Selon l'Agence internationale de l'énergie, les émissions mondiales de CO² ont augmenté de 1,7% en 2018 pour atteindre la somme record de 33 000 milliards de tonnes. Vous conviendrez qu'il n'y a pas de quoi être excessivement optimiste. Toutefois, il existe bien un facteur important qui me fait penser qu'une transition vers les énergies renouvelables est non seulement possible, mais que celle-ci pourrait même arriver plus rapidement qu'on ne l'imagine. Et cet espoir n'est pas nourri par les mouvements populaires. Ce facteur s’appelle l'économie.

Comment définir une stratégie énergétique ? Quel outil économique avons-nous à disposition ?

Il existe un chiffre qui est à lui seul capable de faire la pluie et le beau temps sur la stratégie énergétique : le taux de retour énergétique ou tout simplement le TRE. Pour faire simple, c'est la quantité d'énergie qu'il faut investir pour obtenir une quantité d'énergie définie. Lorsque l’industriel américain Henry Ford commença la production de masse pour rendre exploitable l'énergie contenue dans le pétrole, le TRE était d'environ 1 300 pour 1. Autant dire qu'il suffisait de gratouiller un peu le sol pour en faire jaillir l'or noir. Mais un siècle plus tard, ce n'est plus exactement la même histoire ; la manne se fait plus rare. L'exploitation des gisements de combustibles fossiles restants - gaz de schiste, sables bitumineux et autres gisements antésalifères - est très énergivore et coûteuse, et le TRE de ces produits bruts s’établit péniblement entre cinq et treize pour un. Autrement dit, il s'agit d'un business dont le rendement sur le long terme ne cesse de s’amenuiser.

Et qu’en est-il des énergies renouvelables, existe-t-il un point de bascule plus proche que l’on ne le croit ?

En regardant l'autre côté de la médaille, c'est-à-dire les énergies renouvelables, vous voyez opérer le phénomène inverse. Les mêmes lois qui ont fait dégringoler le prix de la puissance de calcul des ordinateurs ont également changé, depuis vingt ans, la donne économique des énergies renouvelables. Prenez par exemple l'automobile, la fondation du modèle économique fordien de production de masse basée sur les combustibles fossiles : rien que l'année dernière, le prix des batteries a chuté de 35%, mettant plus que jamais à notre portée le point de bascule vers le véhicule électrique, c'est-à-dire le moment où il devient moins cher d'acheter un véhicule électrique qu'une voiture diesel ou essence. En 2017 encore, on estimait que cette date fatidique arriverait en 2026 ; désormais on table sur 2022. Mais cela ne concerne pas que les véhicules. Au mois de mai, le premier cargo autonome du monde propulsé par une énergie renouvelable a livré 2,5 kg de moules fraîches du port de Maldon en Grande Bretagne au port d'Ostende en Belgique. L’armateur Stena Lines a l'intention d'équiper l'un de ses ferries reliant la Suède au Danemark d'une batterie d’un mégawatt et de passer ensuite à une batterie de 50 mégawattheures qui permet de parcourir 50 milles nautiques. Voilà quel est l'enjeu d'aujourd'hui : un certain nombre de technologies au développement exponentiel qui passent plus ou moins vite du stade d'essai à la vitesse de croisière, et qui ont le potentiel de provoquer des bouleversements dans tout le système. Sur la route, on connaît les essais suédois de charge inductive, donc sans fil, mais également la nouvelle voiture solaire de chez Hyundai avec son toit photovoltaïque à commande nanotechnologique. Dans le ciel, la compagnie Harbour Air, qui opère 42 vols réguliers court-courrier dans la province canadienne de Colombie britannique, se dote d'un appareil électrique et projette de convertir l'intégralité de sa flotte, tandis qu'en Allemagne, la société Sonnen démontre que les micro-réseaux de distribution d'énergie commandés par la blockchain ont le potentiel de changer radicalement la donne dans ce secteur. Dans un avenir plus lointain, les ordinateurs quantiques comme le processeur D-Wave 2000 qubit (100 millions de fois plus rapide que le superordinateur conventionnel le plus puissant du monde, d'après une analyse de Google) promettent d'accélérer la découverte de matériaux qui permettraient d'augmenter les capacités des batteries. Le système énergétique est donc bel et bien sur le point de basculer vers le renouvelable. Si le calendrier reste imprévisible, les courbes des coûts, elles, n’indiquent qu’un seul cap : le remplacement du système centralisé des énergies fossiles, maintenu à flots à coup de subventions (estimées à 5 300 milliards de dollars par an selon une estimation du FMI) par à un système alternatif, décentralisé et renouvelable.

« L’avenir de l’apocalypse », ou comment rester optimiste

Juste pour vous rendre le sourire, nous avons décidé de vous proposer un reportage intitulé « L'avenir de l'apocalypse » dans notre émission FutureProofing sur la station BBC Radio 4. Nous partons en Ukraine pour une promenade, compteur Geiger en main, autour de la ruine du réacteur numéro 4 à Tchernobyl - oui, celui qui a sauté le 26 avril 1986 en libérant une radiation 400 fois plus importante que celle de la bombe larguée sur Hiroshima. Depuis, la nature a repris ses droits dans la zone interdite de 30 km autour du site nucléaire. Elle est aujourd'hui un sanctuaire écologique où se côtoient ours brun, lynx et loup. Dans les réacteurs eux-mêmes, des techniciens en scaphandres s'affairent à mesurer les niveaux de contamination et à réaliser une multitude d'expériences scientifiques à l'intérieur du site. « Comment alimentez-vous tous ces appareils en électricité ?, je demande à l'un des scientifiques, quel est la source d'énergie ? - En fait, me répond-il, maintenant Tchernobyl marche à l'énergie solaire. »

Leo Johnson
Co-présentateur de Radio 4 “FutureProofing

Le système énergétique est donc bel et bien sur le point de basculer vers le renouvelable.

Leo Johnson

Vous pourriez aussi aimer

  30.10.18 L’économie circulaire : modèle économique d’avenir ?

Le 28 septembre, lors de la Trend Session 7, Leo Johnson, notre invité et expert en économie et développement durable, a transporté son auditoire dans le futur. Il a exploré quatre scénarios économiques différents : un modèle de technologie exponentielle, un modèle linéaire, un modèle post-linéaire (de crise) et un modèle d’économie circulaire

 
  02.11.17 Trend Session #5 : La révolution Blockchain

Lors de son intervention, Nell Watson a souligné le potentiel de transformation de la Blockchain. Ceci, dans des domaines qui ne se limitent pas à la finance ou aux contrats intelligents, mais aussi à la supply chain, l’énergie, les objets connectés, l’intelligence artificielle.

 
  06.02.19 Interview de Marc Halevy : s’adapter ou disparaître !

Le monde se transforme et nous avons besoin de comprendre pourquoi. Qu’est-ce qui nous arrive, à nous et à notre planète, nos sociétés, nos entreprises ? 

 

L’économie circulaire : modèle économique d’avenir ?


Trend Session #5 : La révolution Blockchain


Interview de Marc Halevy : s’adapter ou disparaître !


30.10.18

L’économie circulaire : modèle économique d’avenir ?

Le 28 septembre, lors de la Trend Session 7, Leo Johnson, notre invité et expert en économie et développement durable, a transporté son auditoire dans le futur. Il a exploré quatre scénarios économiques différents : un modèle de technologie exponentielle, un modèle linéaire, un modèle post-linéaire (de crise) et un modèle d’économie circulaire

02.11.17

Trend Session #5 : La révolution Blockchain

Lors de son intervention, Nell Watson a souligné le potentiel de transformation de la Blockchain. Ceci, dans des domaines qui ne se limitent pas à la finance ou aux contrats intelligents, mais aussi à la supply chain, l’énergie, les objets connectés, l’intelligence artificielle.

06.02.19

Interview de Marc Halevy : s’adapter ou disparaître !

Le monde se transforme et nous avons besoin de comprendre pourquoi. Qu’est-ce qui nous arrive, à nous et à notre planète, nos sociétés, nos entreprises ? 


Vous souhaitez rester informé.e de l’actualité de Hager Forum ? Alors inscrivez-vous à notre newsletter.